Il y a tout juste un siècle, Max van Berchem (1863-1921) décédait de maladie et d’épuisement, à quelques jours de son cinquante-huitième anniversaire. Cet homme, que peu de Genevois-es connaissent aujourd’hui, est le fondateur de l'épigraphie arabe, autrement dit l’étude des inscriptions en langue arabe. Le Musée d’art et d’histoire de Genève (MAH) lui rend aujourd’hui hommage avec une exposition Max van Berchem. L’aventure de l’épigraphie arabe qui s'attache à révéler l'importance de son travail en faveur de la compréhension de la civilisation et de l’art musulmans au début du XXe siècle.

Déployée dans la galerie qui surplombe la salle des Armures, cette présentation rassemble une sélection d’œuvres de la collection du MAH et des témoignages historiques et documentaires attestant cette incroyable aventure scientifique que fut la vie de Max van Berchem. Né des liens qui unissent le MAH et la Fondation Max van Berchem depuis sa création en 1973, ce projet bénéficie de prêts exceptionnels de la fondation et de la Bibliothèque de Genève. Cette dernière conserve la bibliothèque léguée par Max van Berchem et ses archives scientifiques données par sa famille en 1972. Pour sa part, le MAH détient une partie de la collection du chercheur, donnée par sa veuve en 1921.

L'exposition ouvrira ses portes le 16 avril et s'achèvera le 6 juin 2021.

 Expo MvB MAH

A cette occasion paraît chez Droz Max van Berchem. Un Orientaliste par Charles Genequand. Cette biographie retrace la vie de celui qui se définissait comme orientaliste, marquant ainsi son ancrage dans un champ spécifique du savoir qui n’a plus cours aujourd’hui.

 CouvMax3ret

 

Jeudi 6 mai 2021, à 18 h.30, le prof. Charles Genequand donnera une conférence sur Max van Berchem au Musée d'art et d'histoire. Inscription gratuite à l'adresse : https://billetterie.mahmah.ch/content#